Work & The City - L'avenir des lieux festifs après la pandémie


La fête après la pandémie

Le Covid a porté un coup d'arrêt brutal aux pratiques de socialisation et rituels de célébration, essentiels à la vie. De retour à la vie "normale", les attentes en matière de convivialité et de lieux vivants sont élevées. Au bureau, les pots, anniversaires, et autres festivités aussi désuètes qu'appréciées, reviennent en force. Mais les gestes barrières ont laissé des traces. Et le télétravail propulse une expérience du bureau souvent froid et déserté, à mille lieues de ces attentes. Au bureau comme au bistrot, comment faire la fête après le Covid ? Un thème qui nous passionne et que nous espérons partager avec vous ! Si vous n'êtes pas encore abonné, c'est par ici.

Le retour des années folles ?

Certains chercheurs ont pu établir un parallèle entre les périodes d'allègement des restrictions post-Covid et la liberté d'après-guerre des années 1920. Cent ans après, les années 2020 deviendraient-elles à leur tour des « années folles » ? Une hypothèse avancée par le journaliste américain Peter Coy sur la base des travaux de l'économiste Eugene White. Pour ce dernier, il y a beaucoup à apprendre des années 1920 pour les années 2020, car il y a beaucoup de points communs (à noter que l'article a déjà un an.)

💃A-t-on perdu le sens de la fête ?

À rebours de cette théorie, Jérémie Peltier défend l’idée selon laquelle la France a renoncé depuis longtemps à tout esprit festif. Un mouvement auquel le Covid aura apporté le coup de grâce : pendant la pandémie, les lieux majeurs de la fête se sont vidés, avec une chute de fréquentation à 89% par exemple dans le quartier historique du Marais à Paris. Mais bien avant cet électrochoc, de nombreux lieux de vie hier structurants disparaissaient, et avec eux l’esprit de la fête « ce cocktail qui mélange l’ivresse, l’amitié et le hasard ».

Michel Stockman sur Unsplash

Pour l’anthropologue Emmanuelle Lallemand : « la fête est un invariant de l’humanité, elle peut être religieuse, économique, laïque, transgressive, c’est une forme de continuité de l’ordre social, ce n’est pas le chaos mais un rituel, un dispositif organisé ». Pour l’anthropologue, nous n’avons pas perdu le sens de la fête. Au contraire, son importance s’est révélée à cette occasion. E. Lallemand relève une ambivalence : la fête est à la fois libératrice et ultra-cadrée par temps de pandémie.

La transformation des espaces publics

🌳 Rassembler sans contaminer : le dilemme

Célébrer ensemble, cela se passe aussi dehors, dans l'espace public. Qui parmi les plus de trente ans ne se souvient pas des effusions des victoires sportives de 1998 ? Redécouverte de son quartier, renforcement de la proximité : l'expérience de la pandémie impulse des changements urbanistiques qui seront perceptibles à long terme et comportent des enjeux lourds : pour 45% certains d'entre nous, les sorties se font plus rares depuis le Covid, notamment le soir, selon une enquête YouGov parue à l'automne 2021.

L'une des problématiques réside dans le tiraillement entre densité et distanciation, outil majeur de la lutte contre les épidémies. Les espaces publics et leur sociabilité se sont révélés indispensables au bien-être individuel et social, mais en parallèle, les attroupements déclenchent le spectre du "cluster"...Rendre accessible l’espace public tout en structurant les flux devient l'un des enjeux du monde post pandémie.

Le bureau festif est-il appelé à revenir ?

Du côté du monde du travail, le décalage entre les discours faisant l'apologie d'un bureau collaboratif et les craintes qui subsistent autour de la maladie remettent en question la capacité du bureau à demeurer le lieu vivant d'autrefois. Cette semaine, un Américain a obtenu 450.000 dollars en compensation de son licenciement : il avait protesté contre la fête d'anniversaire organisée en son honneur...

👔 Faire la fête...pour faire revenir les salariés ?

Jean François Amadieu, sociologue du travail, explique : « Les pots, la galette des rois, etc., ne sont pas juste des rites désuets, mais des moments de sociabilité où des relations se nouent ». Une manière de « faire communauté » qui permet d’avancer sur le travail et renforce la productivité collective. La chercheuse Anne Monjaret a étudié de près les liens entre fête et travail. Pour elle, " De tels usages contredisent l’opposition commune des sphères privée et professionnelle, et invite plutôt à s’intéresser à leurs imbrications et leurs ajustements qui tendent à en brouiller les frontières."

Les salariés privés de pot de départ pendant les confinements auront pu vivre cette situation comme une privation très forte. Sans compter que le retour des pratiques festives au bureau est un moyen de lui conférer une attractivité...de là à rendre plus régulière la venue des salariés au bureau ? Qui voudrait louper le départ à la retraite de Michèle ou le diplôme de Léo l'alternant ?

--

On a repéré aussi...

🗺️ Chez Comme on travaille on raffole des cartes ! Cet atlas collaboratif de nos univers en confinement, dessinées par des habitants partout dans le monde, promet d'être une pépite.

📔 Le livre de Scarlett Salman Aux bons soins du capitalisme, le coaching en entreprise interroge le développement du coaching en entreprise. Il met en lumière de jeunes salariés qui quittent tout pour devenir coach. Alors que cette discipline fascine, ce livre vise juste quand il dit que l'un des risques de cet engouement est de détourner le regard des responsabilités organisationnelles pour sur-valoriser celles de l'individu.

💻 Selon un récent rapport du Ministère du travail et de France Stratégie, la situation de l'emploi sera durablement bouleversée par les conséquences de la crise sanitaire. Les deux institutions dressent un panorama des métiers qui recruteront le plus à l'horizon 2030 et de ceux qui semblent en repli.

💪 Comment lever le tabou sur les maladies mentales au travail? La pandémie a atténué une partie de la stigmatisation qui entoure ce sujet. Willis Towers Watson rapporte que 86% des employeurs comptent l'épuisement professionnel, le stress et la santé mentale parmi leurs priorités pour 2022. Mais près de la moitié n'ont pas encore communiqué sur ces résolutions.

À très vite !

Camille & Cindy & Maëva de Comme on travaille

Nous sommes Comme on Travaille, consultantes et facilitatrices spécialistes des nouveaux modes & espaces de travail. Nous accompagnons les entreprises déterminées à faire de leurs projets d'aménagement des projets humains, en utilisant le co-design et les outils de l'intelligence collective. Nous sommes les bonnes fées qui viennent mettre du lien et emmener les équipes dans des projets complexes, souvent mal perçus au départ.
Présentez-nous votre projet en prenant un RV téléphonique
ici !

Camille Rabineau - Comme on travaille - camille@commeontravaille.fr

Camille Rabineau

Urbaniste, experte des nouveaux espaces de travail, je partage dans ma newsletter Work & the City des perspectives sur l'évolution du bureau, des modes de travail et leurs impacts sur la ville.

Read more from Camille Rabineau

Retour sur le colloque : les territoires du travail et les espaces des organisations Ce jeudi 20 juin, Comme on travaille participait au colloque de recherche "Les territoires du travail et les espaces des organisations", un évènement organisé par l'École de management de Normandie et Khardam. Celui-ci avait vocation à mettre en lumière les dernières avancées de la recherche pluridisciplinaire autour des nouveaux espaces de travail. Comme on travaille a pu mettre à profit sa riche base de...

Bureaux et secteur public : on fait le point ? En septembre 2022, Work & the City se consacrait aux transformations du secteur public. Sigrid Berger, la fondatrice de Profil Public, nous avait éclairé sur ses enjeux d'attractivité et la manière dont l'aménagement des bureaux rejoint cette problématique. Depuis, une circulaire parue en février 2023 est venue préciser le cadre qui doit s'appliquer aux projets de réaménagement de l'espace de travail pour l'immobilier de l'État. Dans cette...

Révolution IA : quels impacts sur nos bureaux ? Vous reprendrez bien une petite dose d'IA ? Depuis que ChatGPT, Midjourney et consorts ont rendu l'intelligence artificielle générative accessible à tous, les spéculations sur les impacts de ces robots sur nos compétences et métiers vont bon train. Rien de nouveau : en 2017 un rapport célèbre produit sous la houlette de Dell prédisait déjà que 80% des métiers de 2030 n'existent pas encore. Un pas supplémentaire semble franchi avec ces outils. Si...